Monsieur le président,

Permettez-moi d’appeler votre bienveillante attention sur les lourds dysfonctionnements qui ont perturbé vos services lors du TER 847951 de 17h40 au départ de Paris gare du Nord à destination de Tergnier, le mercredi 12 mai dernier et dont l’arrivée à Pont-Sainte-Maxence est prévue, me concernant, initialement à 18h16.

Peu après avoir quitté la gare du Nord, un premier message nous annonce que notre train est immobilisé pour quelques minutes en raison d’un incident technique.

Quelques instants plus tard, un deuxième message nous informe que notre train subit une panne définitive qui met un terme à notre voyage.

S’ensuivent alors des annonces marquées à ce point du sceau de la contradiction qu’elles affectent cruellement la crédibilité de votre entreprise.

Le personnel naviguant nous fait ainsi part que notre train sera remorqué ou tracté par une locomotive tantôt vers la gare du Nord, tantôt vers Creil pour repartir immédiatement vers la gare du Nord (quel intérêt), tantôt vers Goussainville.

Je précise qu’aucune indication temporelle n’est fournie ce qui laisse croire à chacun que l’intervention de la locomotive de secours sera imminente.

L’ensemble des voyageurs reste ensuite dans la plus grande inconnue sinon un message inconsistant sur l’arrimage de la locomotive de secours dont personne ne croit plus possible la promptitude.

Après que la jonction a été faite, notre train s’ébranle enfin pour stopper quelques dizaine de mètres plus loin, à portée de vue de la gare de Goussainville.

Demeurant sans aucune explication, parcourus par la rumeur que la locomotive de secours est elle-même hors service, certains des voyageurs décident, de leur propre initiative, de rejoindre, en descendant sur les rails, la gare de Goussainville.

Certes, le geste est fort imprudent car il met leur vie en péril et inopportun car il conduit à perturber l’ensemble du trafic en aval et en amont du lieu où nous nous trouvons.

Cependant, à leur corps défendant, il faut reconnaître que c’est l’exaspération dans laquelle les a plongés l’absence totale de communication de la SNCF, qui les a conduits à trouver par eux-mêmes une issue.

L’intervention des forces de l’ordre s’est bornée, quant à elle, à constater que ces voyageurs avaient regagné la gare de Goussainville comme des naufragés à portée de terre se seraient jetés dans une mer inamicale.

Il y eut bien quelques messages des personnels naviguant pour nous informer que le train ne repartirait pas tant que les voyageurs seraient sur les voies mais quelle est la pertinence d’une telle menace qui s’adressent à des personnes qui ont d’ores et déjà quitté le train ?

Vers 21h30, nous atteignons enfin la gare de Gousssainville où là encore la communication est gravement déficiente et l’accueil de vos collaborateurs dépassé ou inexistant.

Un message nous informe que le train à destination de Tergnier arrivera bientôt.

Un deuxième message nous informe que le train arrivera bientôt.

Un troisième message nous informe que le train n’arrivera que vers 22h40.

Dans l’intervalle, les RER qui s’arrêtent à Goussainville sont tous pris d’assaut par des voyageurs excédés par ce mépris et cette incurie.

Cela conduit de nouveau la police ferroviaire à intervenir de manière très directe afin de permettre aux RER de repartir tant ils étaient surchargés.

A 22h40, le train arrive enfin et me dépose, à titre personnel, à 23h15 en gare de Pont-Sainte-Maxence, soit 5 heures après l’heure prévue.

Mon voyage aura duré près de 6 heures.

Sachez que je peux comprendre qu’un matériel connaisse une avarie.

En revanche, je ne peux admettre, au mépris de l’image de la SNCF, au mépris des valeurs cardinales du service public qui est avant tout le service du public, que nous demeurions sans informations ou avec des informations divergentes et erratiques.

Il y a lieu de s’interroger non pas tant sur l’obsolescence ou la fiabilité de votre matériel que sur l’attention que vous portez à vos personnels (et à leur formation) et vos usagers lorsque survient une crise.

Pourquoi le message est à ce point confus, imprécis, peu fiable voire inexistant ?

Pourquoi aucun accueil, même de convenance, n’est prévu à l’égard des voyageurs retardés quand bien même les gares sont fermées ?

Pourquoi aucun geste, même de bienséances, n’est adressé à ces mêmes voyageurs le lendemain ?

Quels enseignements allez-vous tirer de cette défaillance et de toutes ces approximations ?

Votre entreprise ne peut se contenter de passer sous silence pareils errements qui ne sont pas qu’anecdotiques, et à la suite de cet incident, il y a aussi des vies qui sont perturbées (j’avais quant à moi une commission des finances), des hommes et des femmes qui sont contrariés et auxquels vous devez une explication.

Vous remerciant par avance pour votre réponse, je vous prie d’agréer, monsieur le président, l’expression de ma considération distinguée.

Arnaud DUMONTIER