Je n'ai jamais eu l'intention de l'être.

Nul ne peut d'ailleurs me prêter l'idée d'avoir jamais nourri cette ambition.

J'avais pris cette décision dès le lendemain des élections municipales de mars 2008, et j'avais eu l'occasion, lors d'un déjeuner, de le dire personnellement à Jean-Claude HRMO.

Trois raisons principales ont présidé à cela :

Tout d'abord, Jean-Claude n'a jamais caché son souhait affirmé d'être candidat à sa propre succession.

Chacun de ceux qui me connaissent et m'entourent savent que je fais de la loyauté l'une des valeurs cardinales de mon action politique.

Il était donc absolument hors de question que je puisse manquer à ma parole et à mon éthique et j'ajoute qu'aucun des arguments que l'on a pu faire valoir auprès de moi afin de me convaincre, y compris émanant de ceux qui comptent aujourd'hui parmi mes plus virulents adversaires, n'a trouvé le plus petit écho chez moi.

Je me suis engagé en politique parce que j'avais des convictions, issues de l'héritage gaulliste, et je ne transigerai pas.

La politique doit être exemplaire à peine de se couvrir d'indignité.

Par ailleurs, j'ai le souhait d'avancer, à mon rythme, de manière méthodique, rigoureuse et déterminée.

Je n'entends pas brûler les étapes en sautant avec hystérie sur toutes les élections.

Aujourd'hui, au sein du conseil municipal de Pont-Sainte-Maxence, je travaille, j'apprends et je m'accommode fort bien du temps long que la politique m'offre.

J'ai toujours annoncé que je me préparais pour 2014.

Je constitue une équipe qui, dans cette perspective, aura, par ses actions propres, un bilan à présenter et donc une légitimité à défendre.

Elle sera construite autour de valeurs partagées, avec des femmes et des hommes qui auront démontré toute leur capacité à se mobiliser, à œuvrer ensemble, à faire aboutir des projets pour le bien de Pont-Sainte-Maxence.

Enfin, Jean-Claude a pour sa part une réputation et une connaissance de ce (son) territoire qui dépassent de très loin celles de n'importe quel candidat.

Il a imposé sa griffe à Verneuil-en-Halatte en termes d'expansion urbaine et économique.

Il ne cesse encore jamais d'être présent partout pour défendre notre canton aux yeux d'une gauche doctrinaire.

Je lui apporterai donc de manière inconditionnelle, par amitié, par légitimité et parce qu'il est le meilleur candidat, tout mon soutien.