A vrai dire, je ne suis pas convaincu que l'équipe municipale soit réellement intéressée par ce problème.

Sur la forme, j'apprécie guère que celle-ci se goinfre de bonbons et de chips lorsque j'évoque ce sujet.

Mes concitoyens goûteront probablement avec le même étonnement et la même colère que moi d'apprendre que les conseillers majoritaires s'empiffrent quand est évoqué l'un des thèmes qui comptent aujourd'hui comme l'une de leurs principales préoccupations.

Sur le fond, les arguments qui m'ont été avancés me paraissent démontrer un malaise profond et une méconnaissance totale de cette question !

Non, je suis désolé, les chiffres relatifs aux cambriolages dans notre ville ne sont pas bons, augmentant presque de 100 % entre 2009 et 2010 selon les statistiques officielles fournies par les services du ministère de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration (et ceux des atteintes aux biens croissent de près de 50 %).

Me répondre que la situation est meilleure à Pont-Sainte-Maxence que dans les autres communes ne me rassurent pas du tout...je trouve cette attitude remarquablement irresponsable...et comme le répétait l'un des mes professeurs de droit à Sciences-po Paris, "il ne faut pas attendre que la maison soit brûlée pour appeler les pompiers"...en termes de sécurité, la politique de l'autruche n'a pas droit de cité et c'est là le signe que l'actuelle majorité n'a pas pris la mesure (mais alors pas du tout) de l'acuité de la situation.

Alors, que fait exactement la majorité pour endiguer l'insécurité à Pont-Sainte-Maxence...sinon me rétorquer que cela n'est pas du ressort du maire (mais alors à quoi sert-il ?) mais de l'Etat (à Pont-Sainte-Maxence, il y a un réflexe de PAVLOV qui fait que c'est toujours l'Etat !!!)...et que l'on tient des réunions chaque semaine (mais alors à quoi servent-elles ?)...

Manque de chance pour cette majorité qui se désaissit de ses propres responsabilités...l'Etat pense de concert avec elle !

Il en apporte la preuve en abondant chaque année de près de 30 millions d'euros le fonds interministériel de prévention de la délinquance pour qu'il vienne aider les collectivités territoriales dans leurs équipements dans le cadre de financements croisés.

Comme toujours avec cette majorité, nous errons entre l'approximation et l'impuissance et les réponses avancées, si elles n'étaient pas afférentes à cette problématique grave et pérenne, me plongeraient dans l'hilarité...je vous en livre une que j'aime tout particulièrement et qui est rapportée par le journaliste du Courrier Picard (en date du 29 mars 2011).

"Mais selon l'équipe municipale,ce n'est pas le tout de mettre des caméras partout, encore faut-il que les moyens humains suivent derrière".

Alors, je le rererererappelle il importe de mettre des caméras de vidéosurveillance dans toutes les zones de prédation constatées et dans tous les entrées et sorties de ville.

Cela doit être connu si le conseil local de sécurité et de la prévention de la délinquance a été correctement élaboré...mais il m'est un peu difficile de vous le confirmer car la commission sécurité à laquelle j'appartiens ne s'est réunie d'une fois en 3 ans de mandat...Oui je sais, c'est un peu compliqué à suivre...avec cette équipe municipale, des réunions sécurité se tiennent chaque lundi mais l'on se contente d'y égréner les chiffres et la commission de sécurité, elle, ne se réunit jamais...

Circulez, y rien à voir !

Ensuite, il ne s'agit pas de mettre du personnel derrière ces caméras...le personnel a pour vocation d'être sur le terrain, et en 2014, il y sera de nouveau et en nombre...la sécurité, ce n'est pas de la téléréalité !

Les caméras ne servent que dans la commission d'un acte délictuel ou criminel au travers des enregistrements.

Ca c'est sur, pour aussi mal répondre, c'est bien que l'on ne maîtrise rien place Pierre Mendès-France mais en attendant le collectif qui s'est constitué rue Robespierre, à la suite d'une série de cambriolages, que croyez-vous qu'il réclame ?

C'est un débat sans fin, presqu'un bras de fer que nous avons engagé.

Cela témoigne surtout d'une vision éculée, désespérante et déconnectée de la réalité dont fait montre cette majorité...

Gageons que nos concitoyens n'auront pas la mémoire courte !