Ce séminaire qui a lieu une fois par an trouve sa place dans l'école européenne des cadres initiée par le commissaire français Michel BARNIER (j'y reviendrai) et a pour finalité de nous sensibiliser à l'ensemble des questions européennes et de faire de nous des missi dominici de la cause européenne, et des relais de notre mouvement pour les élections de 2014 (on fait toujours un peu de politique quand même !).

L'Union européenne c'est 27 Etats-membres (bientôt 28 avec la Croatie), 500 millions d'habitants et une vue très éloignée et biaisée pour nous Français...

A vrai dire, l'Union européenne, c'est un excellent argument politique pour expliquer que rien ne va !!!

Ha les technocrates de Bruxelles qui rendent inintelligibles ce qui est déjà incompréhensibles !!! Ha l'Euro qui conduit les populations à l'agonie !!! Ha le principe de subsidiarité qui est une attaque à la souveraineté !!! Ha l'Union européenne qui crée des solidarités des riches à l'égard des pauvres alors qu'on était très bien entre nous !!!

Bref...tout ce qui ne va pas, c'est l'Union européenne...et rien de ce qui va n'est jamais imputable à l'Union !!!

La première chose qui surprend lorsque vous franchissez le seuil des ces institutions (parlement et commission) c'est la dynamique qui vous emporte, l'humilité qui s'impose à vous, le travail qui vous aspire...il n'y a place ni pour le star système, ni pour l'approximation, ni pour l'absentéisme.

L'Europe avance et avance même très vite et mieux vaut avancer à son rythme à peine de perdre le fil de l'histoire et de se retrouver comme une "pleureuse", et le sens de l'histoire plaide pour une plus grande intégration.

En fait, rien n'est plus faux que de prétendre que l'Europe nous coûte plus qu'elle nous rapporte...puisque 75 % du budget de l'Union européenne reviennent aux Etats sous la forme des politiques communautaires.

Ainsi, la France touche chaque année 10 milliards au titre de la politique agricole commune et 15 milliards au titre des fonds de développement et de solidarité.

Cette somme n'est toutefois pas un optimum au sens où la France ne consomme que 60 % des fonds qui lui sont alloués...le reste étant perdu où profitant à d'autres l'année suivante qui semblent bien moins incapables et/ou plus volontaires que nous...et le vrai problème est sans nul doute ici : La France n'est pas "eurodynamique" au sens où elle n'en tire pas toutes les extraordinaires potentialités, au sens où elle entretient avec elle une relation faite de méfiance voire de résistance.

Pendant ces deux jours, nous avons abordé les grandes thématiques de l'Union européenne qu'il s'agisse de la crise grecque (là faut bien avouer qu'on a été dupé magistralement), de l'élargissement (oui à la Turquie ?! non à la Turquie ?!), de la gouvernance économique (le pacte de stabilité on l'assouplit ou pas ? on crée un ministre des affaires économiques ou pas ?), des affaires étrangères (sur le choix de Catherine ASHTON y aurait des trucs à redire quand même mais y en aurait encore plus sur les raisons qui ont présidé à son choix (celle du plus petit dénominateur commun) et des politique communautaires.

L'Europe est pratique, technique, démocratique et requiert un sens aigu du dialogue car les sujets afférents sont essentiels.

Un exemple qui fut donné a porté sur l'introduction d'un SMIC européen. A quel niveau le situer puisque le spectre est écartelé entre le Luxembourg qui a un SMIC à 1 800 € et la Hongrie à 123 € ?

Le programme quoique chargé n'est rien d'autre que passionnant et chacun de nos interlocuteurs nous a emballés.

Même les problématiques les plus éloignées (non les moins intéressantes) ont suscité un véritable enthousiasme qui a valu à Alain CADEC de finir en véritable standing ovation aux termes de sa présentation sur la pêche !

Enfin, je ne peux pas ne pas évoquer Michel BARNIER qui incarne l'Union européenne comme on peut se le figurer d'un MONNET, SCHUMANN, ADENAUER, SPAAK ou DE GASPERI...quand il est là, tout s'arrête...il magnétise l'assemblée et à une vision (très pointue) macro (économique, géographique, civilisationnelle...) qui en fait un des piliers de la construction européenne aujourd'hui.

L'Union européenne c'est notre horizon.

Certes tout n'est pas parfait, mais faire le choix du retrait (comme le FN le propose) ou de la distance (comme une partie de la gauche rose et verte le suggère) c'est se condamner à l'appauvrissement et à l'anonymat, et c'est très clairement ce que je ne souhaite pas pour mon pays.

Un grand merci à la délégation française pour son accueil : à Xavier TROSSET (notre GO) à Tokia SAIFI, Elisabeth MORIN-CHARTIER, Sophie BRIARD-AUCONIE, à Michel BARNIER, Jean-Pierre ADUY, Jean-Paul GAUZES, Dominique RIQUET, Alain CADEC, Michel DANTIN...et un très grand merci à Philippe BOULLAND.