Mais à quoi peut bien servir le conseil des Sages à Pont-Sainte-Maxence institué par la délibération 2008-187 en date du 15 décembre 2008 et qui a pour vocation de "se constituer en groupe de réflexion et de prospective, accompagnant les élus municipaux dans la mise en oeuvre de la politique municipale" ?

Je me pose la question parce qu'au bout de 3 ans et 1/2 de mandat, à titre personnel (mais je me doute que je ne suis pas le seul), pas même l'esquisse d'un début de travail dudit conseil n'est parvenu jusqu'à moi (nous).

J'ai bien une idée...renforcée par les grands éclats de rire des membres y siégeant lorsqu'en les rencontrant je leur demande combien de fois ils se sont réunis et sur quel sujet ils ont pu travailler afin "d'accompagner les élus municipaux dans la mise en oeuvre de la politique municipale"...

L'idée c'est que ce conseil des Sages ne sert à rien et n'a pas d'existence formelle.

Si non, combien de fois s'est-il réuni ? Sur quels sujets ont porté leurs sessions ? Pourquoi n'en avons-nous rien su ? Pourquoi leurs travaux ne nous ont pas été transmis ?

C'était pourtant une bonne initiative...associer celles et ceux qui ont une expérience remarquable et un intéret aigu pour les affaires publiques locales à la préparation des décisions prises en conseil municipal.

J'y ai d'autant plus volontiers souscrit que cette mesure figurait aussi dans mon programme.

Seulement si celle-ci n'a pas dépassé le stade de la délibération, c'est assez dommageable pour notre vie démocratique maxipontaine.

Ca rien n'est plus déplorable que la "politique d'affichage" qui conduit immanquablement à accroître le désamour entre les citoyens et les élus et là je crois que nous y sommes de plain-pied !

Je me rappelle toujours cette phrase de Nicolas SARKOZY, alors ministre du budget et porte-parole du gouvernement d'Edouard BALLADUR qui disait "rien n'est plus dangereux pour un gouvernement que de ne pas appliquer les mesures pour lesquelles il a été élu".

En 2014, nous associerons réellement et non artificiellement les citoyens à la vie de notre ville, nous fonderons ce "vivre ensemble" si essentiel, et avec eux nous recréerons cette nécessaire vitalité et transparence démocratique que j'appelle de mes voeux au travers de véritables comités de quartier animés par les adjoints et qui seront pour nous des aiguillons pour la conduite de notre politique et des retex (retours d'expérience) pour infléchir notre politique, enfin, au plus près des préoccupations de nos concitoyens.