Combien sont-ils à chaque fois à bénéficier de l'aide que nous leur apportons ?

Au moins 250...les mêmes que les années précédentes...et des visages nouveaux aussi...preuve de la spirale dépressive dans laquelle est engagé notre pays ?

La solidarité n'est pas un vain mot...elle irrigue chacune des initiatives que nous menons au sein de cette association.

Comment pourrait-il en être autrement dans notre ville au tissu économique dévasté, au tissu social fragilisé ?

Je répète souvent qu'elle est martyrisée...jamais Pont-Sainte-Maxence ne s'est relevée de la désindustrialisation qui a commencé à l'affaiblir dès la fin des années 1970-début des années 1980...jamais les majorités successives ont été capables de l'empêcher de chuter...

Je suis de ceux (et je sais que nombre partagent mon avis) qui pensent que cette ville peut recouvrer une dynamique durable en préservant son caractère social.

C'est cette équation là que nous résoudrons en 2014.

Nul, alors, ne gagnera en opposant les classes les unes aux autres, comme si ceux qui connaissaient des difficultés étaient à chasser et à remplacer par des gens bien "riches", bien "propres", comme si les "classes laborieuses" étaient des "classes dangereuses".

Pont-Sainte-Maxence a une nature sociale qui l'honore et que je défendrai lors des prochaines échéances aussi fort que je crois en tous les projets qui donnent aux femmes et aux hommes leurs chances.

Etre une ville sociale ne signifie pas être une ville qui soit marquée de tous les maux, condamnée à tomber toujours plus bas.

J'ai la conviction profonde au contraire que cela s'accommode fort bien d'une nouvelle conception de vie (et de ville), d'un nouvel élan.

Bien sur, je n'ignore pas que certains se complaisent volontiers dans l'assistanat, et nous serons sur cette question extrêmement vigilants, mais n'accablons pas, pour quelques cas isolés, la très grande majorité de nos concitoyens qui souhaitent disposer d'un travail et d'un logement et vivre dignement.

Je crois très fort au social comme en attestent toutes les actions que nous avons réalisées jusqu'alors avec mon équipe car cela correspond au besoin de protection qu'éprouve la population de Pont-Sainte-Maxence, car cela correspond à l'idée de la politique qui est la mienne (bah oui tant pis pour ceux qui veulent me parer des pires oripeaux d'une droite brutale, libérale "vous vous méprenez mesdames et messieurs"), car cela correspond au milieu social qui est le mien et qui fut le creuset de mon éducation.

Tromper sa ville serait alors se tromper soi-même.