Nous étions donc tous réunis (les petits et les grands) dans les salons de l'hôtel de Roquelaure (c'est un propos d'initié pour dire "au cabinet de la ministre") pour assister à l'installation de ladite l'autorité devant la presse.

Cette autorité est chargée (et là je cite le décret) : ''de s’assurer des progrès réalisés en matière de qualité de service dans les transports terrestres, aériens et maritimes, publics et réguliers de voyageurs.

L’autorité a pour mission de fournir aux utilisateurs de transports une information sur l’évolution de la qualité du service, notamment sa ponctualité, sa régularité et la qualité de l’information délivrée, ainsi que sur leurs droits et sur les moyens dont ils disposent pour les faire valoir.''

Je vous en parle parce que j'y travaille...et oui, la fonction publique offre de formidables perspectives de carrière, aux responsabilités multiples et inconnues et aux rencontres heureuses et surprenantes...faut juste vouloir avancer sinon vous pouvez devenir un agent de l'État tout gris et tout triste...entre COURTELINE et COLUCHE si vous voyez.

Ça a commencé par un coup de téléphone, un vendredi soir hivernal, de mon ancien patron que j'ai connu alors qu'il était préfet (il est maintenant le numéro 2 du ministère) : "Allo, Arnaud...vous faites quoi ? Non, parce que le Président de la République veut mettre en place une autorité sur les transports...j'ai besoin de vous là dessus...c'est super intéressant et vous serez secrétaire général...C'est assez sensible comme sujet ! Vous venez ?"..."Heu...vous me laissez le weekend et je vous rappelle..."

J'ai donc réfléchi...et j'ai rappelé pour dire "oui" pour plusieurs raisons : j'avais envie de retrouver mon ancien patron aussi électrique qu'attachant...aussi fulgurant que bienveillant...j'estimais de surcroît avoir mené à bien ma mission auprès du directeur général de la gendarmerie nationale en préparant la modernisation et le transfert de mon service sur le nouveau site d'Issy-les-Moulineaux, et cela constituait un défi assez remarquable que de me lancer dans un domaine d'activité dont j'ignorais à peu près tout, avec l'exigence de réussite...l'alternative était simple "ou on réussit ou on réussit"...

Autant le dire tout de suite, nous avons couru un sprint dont l'intensité croissait à mesure que nous approchions de la ligne d'arrivée...

Nous nous sommes appuyés sur nos différents services (la direction générale l'aviation civile, la direction générale des transports, des infrastructures et de la mer - et tout autre service de l'État) et il nous a fallu composer avec les premiers opérateurs (les entreprises ferroviaires et aériennes) que nous entendions soumettre à notre observation.

Ce n'est pas simple...Ça a même un peu grincé des dents... mais le résultat est là...

Pour la première fois en Europe, un site unique met à la disposition du public plus de 27 000 données (près de 6 500 chaque mois) relatives à la ponctualité des transports aériens (120 liaisons) et ferroviaires longue distance (plus de 100 liaisons) ainsi qu’un guide pratique complet répertoriant toutes les questions que les passagers se posent avant ou après leur voyage ( Il y a une "Foire aux questions" (FAQ) permettant de trouver des réponses à des interrogations bien précises :« Est-ce que je peux voyager avec mon animal de compagnie ? » ; « À quel remboursement ai-je droit en cas de retard ou d’annulation de mon train ou de mon avion ? » ; « À qui m’adresser en cas de perte de bagages ? » ; « Quelles sont les conditions minimales d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ?).

Nous étendrons par la suite notre champ d'action aux trains express régionaux (TER),aux transports urbains, aux transports maritimes ainsi qu'aux transports par cars longue distance !

Et les plus fins ou malins ont vite compris tout l'intérêt qu'ils pouvaient tirer d'un tel site qui permet la comparaison : Vaut-il mieux voyager par train ou par avion pour une même destination ? Vaut-il mieux voyager sur telle ou telle compagnie ?

C'est du soft power...j'entends par là que les opérateurs, en jouant le jeu de la transparence (ce qu'il faut saluer), en se soumettant à l'opinion publique comme jamais, seront immanquablement conduits à veiller à une plus grande régularité de leurs avions ou trains et à une information toujours plus transparente et intelligible et à un renforcement des droits des usagers.

L'idée qui était la nôtre ne fut pas de jouer aux maîtres et à l'élèves mais d'instaurer un mode de régulation douce où chacun est pleinement responsable, et d'instituer une instance au sein de laquelle (le haut comité) les uns et les autres peuvent se parler.

J'ai la conviction que nous y sommes parvenus...jetez-y donc un œil : http://www.qualitetransports.gouv.fr/

Et aussi : http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/02/16/un-site-internet-pour-comparer-les-retards-dans-les-transports_1644546_3224.html http://www.leparisien.fr/economie/on-va-pouvoir-comparer-les-retards-dans-les-transports-16-02-2012-1864161.php