''Monsieur le maire, Cher(e)s collègues,

Nous vous rappelons notre opposition à ce projet dont le coût nous apparaît comme trop élevé.

Comme vous, nous sommes parfaitement conscients de la vétusté de l’actuel gymnase.

Comme vous, nous ne voulons absolument pas d’un « hangar » pour reprendre votre expression.

Votre projet s’élève à 5 228 591 €.

A ces 5 228 591 €, il convient de rajouter le coût du terrain de football synthétique pour un montant de 585 284 € soit près de 6 000 000 € en raison de l’implantation de votre salle polyvalente sur l’actuel terrain de football stabilisé.

Dans le document accompagnant le dernier débat d’orientation budgétaire, il est écrit en page 2 (je cite) : concernant la construction d’une salle polyvalente HQE à dominante sportive en remplacement du gymnase Léo Lagrange, les dernières études avaient conclu que la réhabilitation serait aussi onéreuse sans être aussi avantageuse que la construction d’un nouvel équipement.

Je vous ai donc demandé de me fournir les dernières études, ce que vous avez bien voulu faire.

J’ai ainsi pu lire dans le document préparé par Arcasa Architecte intitulé étude de faisabilité pour la reconversion du gymnase en salle polyvalente à dominante sportive que celui-ci vous recommandait parmi les 3 hypothèses sur lesquelles il a travaillé plus particulièrement celle-ci (je la décris) :

Démolition et reconstruction de l’équipement. Réalisation d’un nouveau bâtiment à dominante sportive pouvant accueillir d’autres activités extrasportives. Il s’agit ici d’une salle des sports au sens général, type X (« établissements sportifs couverts ») mais intégrant une activité de polyvalence à caractère non sportif.

Le coût des travaux est estimé entre 1 500 000 et 1 700 000 €.

Arcasa Architecte précise : cette proposition nous apparaît la mieux appropriée pour répondre à une véritable perspective qualitative, environnementale et de développement durable. Elle concilie les performances réglementaires de la future réglementation thermique 2012 et 2020 et les capacités d’une salle multi-sports moderne intégrant les utilisations connexes extra sportives.

Elle offre l’avantage de pouvoir requalifier entièrement le bâtiment par rapport à son usage en tenant compte de son site. Cela permet de repenser un équipement en termes de réponse aux exigences liées aux classifications sportives mais également en termes de confort et de performances énergétiques.

Le site actuel permet la réimplantation d’un nouveau bâtiment avec conservation de l’actuel Dojo (donc là encore un coût moindre puisqu'il sera bientôt question de détruire un Dojo neuf qui date de 1994).

Monsieur le maire, Cher(e)s collègues,

Il existe donc bel et bien une solution alternative à votre projet, et contrairement à ce que vous avez affirmé, celle-ci est moins onéreuse (soit une économie de 4 200 000 €) et aussi avantageuse.

C’est forts de cet argument que nous nous opposons à votre projet et que nous déplorons que vous n’ayez pas retenu cette proposition raisonnable.

Je vous remercie.''

Michel DELMAS m'a bien évidemment répondu en mettant en avant qu'il avait pour cette ville une ambition (ce à quoi je souscris sans peine car il faut avoir une ambition pour sa ville quand on veut être maire), que des éléments nouveaux étaient intervenus depuis cette étude (j'aurais vivement apprécié qu'ils me soient communiqués dans la mesure où j'en avais explicitement fait la demande) et que ce projet, fort difficile, se verrait consacrer chaque euro disponible, ce qui pouvait prendre 5 voire 10 ans, ce qui m'abasourdit assez...

Imaginiez que vous projetiez de construire une maison et que la première année vous couliez la dalle de béton, l'année suivante, vous érigez les murs, l'année suivante, vous montiez la charpente, l'année suivante, vous déposiez la toiture, l'année suivante, vous installez les réseaux, l'année suivante, vous posez le parquet l'année suivante, vous peignez l'intérieur, l'année suivante, vous peignez l'extérieur, l'année suivante, vous faites les finitions...et il en manque...bref en politique comme en finance, l'imprévision et l'imprécision sont la pire des menaces !

Je le répète : ce projet est déraisonnable car de très loin excessif en termes financiers...il l'est d'autant plus que les mois voire les années à venir seront immanquablement caractérisés par une raréfaction du crédit.

Un article du Monde soulignait, il y a peu, "qu'il manquera pour 2012, selon l'estimation de Dexia, validée par les associations d'élus, 10 milliards d'euros de crédit sur un besoin de financement global de 18 milliards".

Cela signifie plusieurs choses.

Hypothèse positive :Ou bien l'engagement du projet est lancé car nous sommes parvenus à trouver la disponibilité du crédit mais tous les indicateurs économiques tendent aujourd'hui à démontrer le contraire.

Hypothèse négative : Ou bien l'engagement du projet est lancé sans l'assurance de des crédits et ici, il y a une alternative simple :

  • ce sont les Maxipontains qui mettront la main à la poche ;
  • les travaux n'avanceront pas et cela ne rimera tout simplement à rien de bâtir une telle salle sur plusieurs années en raison des surcoûts liés aux délais et aux changements dans les réglementations.

Dans les deux cas, cela confinerait à de la gabegie.

C'est la raison pour laquelle Marie-Christine, Eddy et moi-même sommes (d'ailleurs les seuls) à nous être opposés à ce projet.