Alors que s’ouvre pour notre mouvement le temps de l’opposition, s’ouvre concomitamment le temps de la refondation.

Ces 5 années de temps incertain pour notre pays doivent nous permettre d’élaborer un projet qui emporte l’adhésion de nos concitoyen(ne)s.

Une femme ou un homme aura cette lourde responsabilité d’incarner d’abord nos valeurs propres, de susciter ensuite l’espérance de l’ensemble des Français(e)s.

Je souhaite que le débat qui s’annonce, pour nous, soit fait de dignité et de loyauté, dans le parfait respect de la pluralité des opinions que compte notre mouvement.

Je ne me connais pas d’adversaires dans mon propre parti, et c’est, in fine, tous ensemble que nous gagnerons. Il faudra donc imposer la concorde sans qu’aucun(e), quelqu’ait été son choix initial, n’en soit blâmé(e), ou proscrit(e).

Je ne sais que trop bien qu’ensemble rien ne nous résistera. Séparés, un rien nous emportera et il nous faudra oublier alors les oppositions du passé.

Jean-François COPE est un grand secrétaire général, inlassable avocat de nos idées.

Mais il nous faut maintenant un président derrière lequel nous nous engagerons tous, de manière inconditionnelle, sans amertume, ni arrière-pensées pour offrir le meilleur de soi au service de notre pays.

Je récuse l’idée d’une tierce personne.

Un président fantoche serait un signe d’inertie voire de faiblesse pour notre parti. Un général se doit de combattre en première ligne, auprès de ses forces vives, et ne peut se contenter de les accompagner jusqu’au front pour se retirer ensuite. Ce serait 5 années vaines alors.

Notre mouvement compte un homme d’Etat.

Par sa vision, sa mesure, sa fibre sociale et humaniste, son autorité et sa volonté, j’ai acquis la conviction que François FILLON est celui dont nous avons besoin.

C’est la raison pour laquelle je m’engage bien volontiers à ses côtés pour qu’il accède à la présidence de l’UMP à la suite du vote des 18 et 25 novembre prochains.

Sachez que je consacrerai toute mon énergie à la mobilisation de nos militant(e)s pour les inviter à soutenir François FILLON, et qu’il peut faire appel à moi, autant que de besoin, pour construire son succès.