Si je perds en 2014, j'estime n'avoir strictement aucune légitimité à rechercher des suffrages qui ne se seront pas portés sur moi au préalable dans ma ville...Nul n'est prophète en son pays alors espérer l'être dans les autres !!!

Et si je gagne ?...ho la tentation naturelle du cumul...celle irrépressible des honneurs...celle irrésistible des indemnités...celle d'être aveuglément omnipotent...ben non...c'est pas pour moi tout cela...et je me suis fixé cette conviction de longue date.

Je répète avec force que je suis en campagne dès l'instant de ma défaite : le 16 mars 2008 à 20h01...et depuis cette date, j'ai parcouru en long, en large, en profondeur chaque centimètre de notre ville...j'ai rencontré avec bonheur et honneur tout ce que notre ville compte de citoyennes et de citoyens avec lesquel(le)s j'ai noué une relation très forte et depuis cette date j'entends la seule et même phrase "occupez-vous de nous, il y a tant et tant à faire".

Si j'entends cela chaque semaine, chaque jour, c'est bien parce que nos concitoyen(ne)s ont la conviction que l'on ne s'occupe pas assez d'eux, pis qu'ils sont délaissés. Ils sont ainsi, avec rage, sans illusion sur ces politiques qui viennent faire un petit tour dans leur quartier remplis de promesses auxquelles nul ne croit plus sinon celui qui les répand au vent. Les politiques se comportent comme le joueur de flûte de Hamelin qui séduit les enfants avec un air de musique afin de les précipiter du haut de la montagne !

Je vais partout dans cette ville et comme tou(te)s, je suis las et furieux de cette manière de faire de la politique qui essouffle notre démocratie à moins qu'elle ne la tue : Si je suis maire, je serai maire et uniquement maire. Bien sur, j'exercerai des responsabilités au sein de la communauté des communes tant les liens sont intrinsèques en termes budgétaires, fonctionnels et géographiques et c'est d'ailleurs ainsi que le Gouvernement actuel l'a expressément voulu dans sa loi du 17 avril 2013 (les premiers de chaque liste siègent automatiquement à l'assemblée intercommunale) mais je n'irai pas courir d'autres mandats à Beauvais ou à Amiens.

Je m'occuperai de Pont-Sainte-Maxence parce qu'effectivement il y a beaucoup beaucoup mais alors beaucoup de boulot.

Je veux continuer à rencontrer les gens dans la rue, dans les quartiers, au café ou lors des manifestations et cérémonies et préserver cette même disponibilité.

Je veux continuer à être présent avec les services municipaux et me rendre avec eux sur le terrain pour apprécier l'avancée de nos réalisations...et non pas finir comme tous dans une tour d'ivoire...déconnecté de la réalité et coupé des femmes et des hommes qui sont la richesse de notre ville...

Je veux continuer à prendre le temps d’échanger avec mes colistiers avec lesquels je n’entends pas sombrer dans le caporalisme….

Et enfin, avouons-le : à vouloir être partout, en définitive, on n'est nulle part, et moi je veux être à Pont-Sainte-Maxence.

Je pense que cela est nécessaire pour notre démocratie également...La France souffre de ces femmes et de ces hommes qui trustent tous les pouvoirs depuis si longtemps...j'en viens à me demander si cette collusion et ce monopole ne sont pas aussi responsables de notre déclin...

Je suis de ceux qui pensent que notre pays regorge de suffisamment de talents pour que les pouvoirs ne soient pas confisqués par quelques uns et que la diversité des femmes et des hommes, des parcours et des idées revivifient la démocratie...il faut faire de la politique autrement parce que toutes ces vieilles méthodes et petits arrangements conduisent à la thrombose du système...

Comme le souligne Gérard COURTOIS dans sa chronique politique du Monde du 3 juillet 2013 (et je signe des deux mains) : "le cumul des mandats concentre entre trop peu de mains un trop grand nombre de responsabilités, reconduisant à l'identique un système de plus en plus verrouillé. Ce faisant il entrave le renouvellement du personnel et de la vie politique".

Je ne le cacherai pas, lorsque j'ai annoncé cela dernièrement à ma famille politique, cela a surpris voire déplu...mais que m'importe...Si c'est pour faire de la politique comme tous les autres avant moi et devenir comme eux, cela ne m'intéresse pas...Donc il y aura en 2015 un conseiller général du canton de Pont-Sainte-Maxence qui ne sera pas moi et je n'ai aucune inquiétude quant à sa qualité et à notre entente...

L'important ce n'est pas le pouvoir mais le territoire...

Je vous souhaite à toutes et à tous de belles vacances bien méritées.