Il y a lieu de saluer tout d'abord ici la réaction du chauffeur et l'intervention des forces de sécurité, notre police municipale et la gendarmerie nationale en parfaite coordination.

Je le répète : En 2014, je vais agir très vite et très fort.

Je ne suis pas le seul à avoir été informé mais cet exemple me donne l'occasion malheureuse d'expliquer quelle aurait été ma réaction.

Sitôt averti par les parents de ces comportements inadmissibles et abjects qui touchent à l'intimité et à l'innocence de jeunes mineurs, j'aurais IMMÉDIATEMENT décidé de positionner un agent de la police municipale lors des trajets mixtes, qui mêlent le public et les scolaires.

Il y aura, à compter de 2014, si je suis élu, une présence permanente qui visera à prévenir la commission de tels actes qui sont répréhensibles par la loi depuis la montée, le trajet jusqu'à la descente.

Rien n'est plus important pour moi que la sécurité de mes concitoyen(ne)s et parmi eux, les plus fragiles, nos enfants, ceux dont l'avenir se dessine et construit maintenant...non pas sur des blessures mais sur des joies, non pas sur des angoisses mais sur des rires.

Comment calmer la douleur d'une maman dont l'enfant a été victime d'un pervers ?

Comment rassurer cet enfant pour permettre que le traumatisme épouvantable s'estompe sans laisser de traces ?

Comment lui permettre de se reconstruire pour qu'elle redevienne autonome dans tous ses actes de la vie et ne soit plus saisie par la panique et les larmes lorsqu'elle sera amenée à reprendre le bus ou à se promener en ville ?

Parmi tous, un enfant est sacré...il doit être préservé du mal et du malheur et il revient aussi aux pouvoirs publics locaux de prendre conscience de la gravité de la situation en appliquant des mesures susceptibles d'empêcher que l'infâme ne se (re)produise...et jamais je ne renoncerai devant aucun moyen légal pour assurer la sécurité de tous et partout à Pont-Sainte-Maxence.

Ma priorité c'est la défense de l'innocent et non la justification des actes de celui qui pourrit la vie de mes concitoyen(ne)s.

Cette affaire monopolise aujourd'hui toute mon attention en lien avec les différents acteurs.

J'ai des mères à bout de forces qui ne savent plus comment calmer leurs enfants, des pères prêts à traquer l'individu...et je peux vous assurer que s'entendre répondre qu'on ne peut rien faire ne les satisfait pas du tout.

Comprenant parfaitement l'inquiétude et la colère des parents, j'appelle cependant au plus grand sang-froid de chacune et de chacun pour que ne prévale pas la loi du Talion. La gendarmerie nationale suit de très près ce dossier et il y a en France une autorité judiciaire à laquelle il revient seule de rendre justice et c'est la seule aussi qui puisse, au nom du peuple français, qualifier, traiter, poursuivre et décider de condamner ou non.