Nous n'en finirons donc jamais de tomber...Nous comptions déjà parmi les villes les plus pauvres du département selon le rapport de la Chambre régionale des comptes (février 2012), nous voilà maintenant parmi les villes les plus pauvres de France.

Triste et douloureux palmarès.

La situation est donc à Pont-Sainte-Maxence à ce point désespérée qu'il faille appeler l’État au secours pour obtenir des aides d'urgence.

Pont-Sainte-Maxence compte donc au nombre des villes où "l’accumulation de leurs difficultés - sociales, économiques et environnementales met en cause la cohésion sociale de notre pays » selon le site du ministère délégué à la ville". (http://www.ville.gouv.fr/?l-essentiel-de-la-politique-de-la)

Et au cœur de note ville, le quartier des Terriers se voit de nouveau pointé du doigt !

Les "toujours contents-imperméables à la critique et aux doutes-qui se réunissent entre soi" se féliciteront qu'il eut fallu tragiquement attendre que la maison - notre maison - soit complètement brûlée avant d'avoir appelé les pompiers...

Cette décision sonne aussi comme un désaveu de la politique de l'actuelle majorité...et de toutes celles d'avant d'ailleurs puisqu'aujourd'hui, nous retrouvons les mêmes depuis plusieurs décennies maintenant.

Alors donc, personne n'a vu que la ville se dégradait brutalement...

Alors donc, personne n'a vu que la ville était gagnée par la saleté, l'insécurité et la pauvreté...

Il faut donc que l’État reprenne en main ce qui se passe - ou plutôt ne se passe pas - à Pont-Sainte-Maxence pour lui redonner un peu d'oxygène.

Pont-Sainte-Maxence sous perfusion !

Chapeau l'artiste pour ces 6 années qui voient notre ville reconnue comme pour son déclassement !

Ben sur, avec les millions du complexe sportif (salle polyvalente à dominante sportive et le terrain de football synthétique), il n'y avait rien d'autre à faire !

Qu’avons-nous vu depuis les promesses répandues en 2008 par Michel DELMAS ? Rien sinon une ville dont le cours s’assimile maintenant à un long et douloureux enterrement.

Pont-Sainte-Maxence est une ville qui fait fuir…voilà la réalité…par sa crasse, par son insécurité, par sa pauvreté…et si je parle aussi librement c’est que moi j’aime cette ville (qui est ma ville de naissance) et que je souffre de ce qu’on lui refuse ce qu’il y a de meilleur.

Le prix de l’immobilier s’effondre à Pont-Sainte-Maxence…car cette ville est un repoussoir…

Oui, l'équipe sortante, comme elle s’en vante dans ses tracts et réunions, a changé l’image de cette ville : en pire !

Et parlons-en du quartier des Terriers, symbole absolu de l’échec de la politique de Michel DELMAS…Des promesses plus grandes et plus belles les unes que les autres et au final ? RIEN, RIEN, RIEN !!!

Mais personne ne cette équipe n’habite donc aux Terriers ? Et s’ils y habitent, à quoi servent-ils ?

Je le répète : le quartier des Terriers sera un des marqueurs de mon mandat.

C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de nommer, pour la première fois dans l’histoire de cette ville, une conseillère municipale spécifiquement en charge du quartier des Terriers qui sera directement sous ma responsabilité et qui aura l’obligation de mettre en œuvre comme premières mesures :

  • L’ouverture de la route de Felgueiras afin de désenclaver ce quartier de 2 500 habitants (comment la mairie le ferait-elle maintenant alors qu’elle ne s’est même jamais intéressée au dossier ? ) ;
  • L’ouverture du Gymnase Georges TAINTURIER afin que les jeunes puissent y exercer le sport (c’est une de leurs revendications, écoutez-les ENFIN !) ;
  • La création d’une association de quartiers pour occuper ces mêmes jeunes (sorties à des spectacles, matches de foot…) ;
  • L’achat à l’OPAC du local commercial vide et sa location, à un tarif modéré, pour faire revivre le tissu social ;
  • La réimplantation de services municipaux à vocation sociale ;
  • L’installation d’un bureau du maire ;
  • La mise en place d’une régie de quartier pour s’occuper des Terriers en partenariat avec les bailleurs sociaux pour l’entretien des espaces verts ;
  • La mise en place de la prévention spécialisée afin de réinsérer les jeunes dans les circuits administratifs, éducatifs, économiques et sociaux ;
  • La mise en place d'une cellule de développement économique pour remettre les habitants sur le chemin de l'emploi ;
  • L’implantation de jeux pour les enfants ;
  • L’installation d’une brocante (réclamée par les habitants) ;
  • La propreté du quartier quant aux espaces communaux.

Je suis en colère et plus déterminé que jamais car la chute de cette ville n’en finit pas à cause d'idéologie sortie tout droit de la Guerre froide, et parce que plutôt que de dépenser des millions dans un complexe sportif, on ferait mieux de s’occuper vraiment, concrètement, du quotidien des habitants de cette ville.

Si je suis maire de cette ville, Pont-Sainte-Maxence ne laissera plus aucun de ses enfants derrière elle, et que l’actuelle majorité ait la décence de ne pas venir nous donner des leçons, car, nul n’aurait pu faire pire.