J'espère juste avoir l'occasion de démontrer que l'on peut faire de la politique en respectant ses engagements...et au lieu d'attendre quelques mesures législatives ou l'action du saint Esprit, autant appliquer à soi-même, ce que l'on attend fortement des autres depuis si longtemps et de plus en plus...mais comme je dis toujours à toutes les personnes que je rencontre "faut gagner cette élection !".

Un autre élément qui me tient particulièrement à cœur c'est la moralisation de la vie politique...et commençons par celle qui m'intéresse, la vie politique locale...au-dessus, c'est une vision de l'humain qui ne me correspond pas, et avec laquelle je suis très mal à l'aise...j'ai eu une expérience extraordinaire dans ma carrière, presqu'une étape initiatique, c'est que j'ai exercé les fonctions de conseiller ministériel...j'y ai compris, comme un choc ou une révélation, que la politique à ce niveau-là, n'était pas faite pour moi...Certains s'y repaissent et complaisent, chez moi, cela a eu plutôt l'effet inverse...brutal mais salvateur l'effet...

Les charges d'élu exigent en effet, avant tout, de l'exemplarité et de la proximité...

Ces deux éléments sont le fondement même de mon engagement politique...en toute action que je fais...comme d'autres (et comme on m'y a encouragé (euphémisme)), j'aurais pu céder aux jeux des alliances pour quelques points en plus (ou en moins ?)...sauf que moi, je pense que nos concitoyen(nes) en ont marre de ces petits arrangements entre amis...toutes les candidatures en démocratie sont légitimes, et je souhaite bonne chance à toutes et à tous...mais, bon, c'est pas comme cela que j'ai envie de faire campagne...les accords de circonstances ne me plaisent pas...et surtout pas avec des personnes qui n'ont eu de cesse de déverser des tombereaux d'ordures et de critiques sur ce que je pouvais dire ou faire, ou même sur ce que je ne pouvais pas dire ou faire...je suis convaincu que celui qui se répand dans le caniveau finit toujours sanctionné...les résultats des 23 et 30 mars confirmeront ou non mon jugement, je ne retirerai rien de mon argument...

Je ne suis pas différent des autres, moi aussi j'en ai ras-le-bol de cette manière de faire de la politique...et si certains ne seront heureux que lorsque je balancerai tout en haut d'une corde (car à les lire et entendre, c'est un peu tout ce qu'ils me souhaitent), je ne changerai rien...je vous le dis, la politique, ça rend maboule, et de cela, je m'en préserve fortement...

On ne demande à personne d'être élu...c'est un choix personnel...que j'espère uniquement motivé par le service de l'intérêt général...et je vois cette fonction comme une chance inestimable...c'est un don de soi que l'on fait...et c'est le meilleur de soi que l'on doit donner...j'en ai vu beaucoup perdre pieds et raison face aux honneurs, à la position que cela confère, aux relations que cela procure.

Ce que je veux être c'est un maire parmi mes concitoyen(ne)s et ne rien changer à ce rapport avec elles et eux et à ma situation...je ne cherche pas l'indemnité, ni les salamalecs...et j'exige la même chose des mes colistier(e)s.

Aussi, je peux d'ores et annoncer que personne n'aura rien attendre de moi qui puisse enfreindre la morale, l'ordre et la réglementation...

Sous mon mandat, il n'y aura aucune faveur et aucune grâce en aucun domaine que ce soit...en termes de construction urbaine, de contraventions, d'inscriptions en tels ou tels services, d'obtention d'aides...

Par ailleurs, les indemnités seront gelées à leur niveau de 2008, c'est une très bonne disposition qui avait été prise et je la maintiendrai en l'état (si évidemment).

En outre, les élus, bénéficiant d'une indemnité, ne toucheront 'aucun frais de représentation (notamment "frais de bouche"). L'indemnité, est justement aussi faite pour cela, pour compenser les frais que les élus engagent dans leurs fonctions au service de nos concitoyen(ne)s...je ne vois donc pas pourquoi il y aurait une double faveur ! Cela me semble trop facile.

Enfin, je constate avec peine et colère que bon nombre d'élus, durant tout ce mandat, n'assument pas leurs missions ou leur présence (aux représentations officielles, aux événements festifs, aux commissions, aux conseils municipaux), aussi, j'ai décidé de minorer les indemnités voire de les supprimer simplement si en cas de cette irresponsabilité (or, cas de force majeure, j'entends bien tels que des problèmes de santé). Et pour permettre cela, les élus signeront un document par lequel ils s'engagent à "renoncer librement" à toute ou partie de leur indemnité, car c'est la seule hypothèse possible pour les conseils municipaux.

En effet, la loi elle-même permet aux conseils généraux et aux conseils régionaux mais non aux conseils municipaux, de « réduire le montant des indemnités » allouées à leurs membres en fonction de la participation de ceux-ci « aux séances plénières, aux réunions de commissions dont ils sont membres et aux réunions des organismes dans lesquels ils représentent » leur collectivité.

Nous appliquerons cette disposition, pour la première fois, à Pont-Sainte-Maxence.

Ces mesures, qui seront inscrites dans notre programme, font partie du pacte de moralisation de la vie publique locale que nous signerons toutes et tous en cas de victoire.

Par ces quelques mesures fortes et de bon sens, nous voulons témoigner de notre effective et intègre implication dans la vie locale, et nous voulons contribuer encore à l'émergence d'une nouvelle forme de politique à Pont-Sainte-Maxence.