J'ai d'abord travaillé avec lui et pour lui...et depuis nous avions pris l'habitude de nous revoir autour d'un déjeuner avec un autre de nos amis parmi les plus fidèles...les liens sont devenus plus étroits encore avec les campagnes municipales de 2008 et de 2010 (?)...

Il avait d'ailleurs tenu à être présent lors de ma première réunion publique, et nous étions convenus de sa présence lors de celle à venir.

Il incarnait cette bourgeoisie provinciale bonhomme et chaleureuse...il n'était en rien un carnassier, davantage soucieux de l'autre, humble, intègre et tissant des amitiés au-delà des partis.

Je crois qu'il a quitté la vie politique pleinement satisfait de son parcours...sans regret, sans amertume...tout en gardant un œil aiguisé...

Avec lucidité...

Il s'adonnait maintenant à d'autres passions.

D'autres, mieux que moi, sauraient ce que Christian ressentait intimement de ses échecs à la mairie de Senlis...A titre personnel, je pense qu'il n'en gardait pas de traces...Cela ne s'était pas fait, c'est tout...mais l'homme était pudique.

Je sais aussi pour en avoir été témoin qu'il goutait avec plaisir les mots de soutien que les habitants de cette ville lui adressaient au gré de ses rencontres...Il est pour beaucoup celui qui aurait dû et qui ne le fut pas...l'histoire ne se refait pas...

Nous avions échangé en ce début d'année...il avait eu à mon endroit des mots très amicaux...d'autant plus touchants que je connaissais un homme mesuré dans ses propos...

Ses mots qui me manquent déjà.