Alors, rappelons un peu les éléments...

Mon prédécesseur avait initié un projet de foyer-relais sur le territoire de la commune, sur un terrain concédé à l'euro symbolique juste derrière la brigade de gendarmerie territoriale et le centre de secours de sapeurs-pompiers.

Il s'agissait en lien avec Coallia (ex-aftam) et l'Opac de l'Oise (tiens, tiens) de construire un petit immeuble collectif de 30 logements (à peu près) afin d'accueillir parmi celles et ceux les plus fragilisés...la fameuse résidence sociale à laquelle nous avons mis fin.

Pour reprendre la présentation de Coallia sur son site (http://www.coallia.org/82-logement-accompagne.htm) :

"Nous (Coallia) accueillons pour un hébergement transitoire des publics très spécifiques :

  • demandeurs d'asile en CADA (Centre d'Accueil pour Demandeurs d'Asile)
  • réfugiés en CPH (centre provisoire d'hébergement)
  • personnes en difficulté (notamment les jeunes) en CHRS (Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale)

Nous suivons tous ces publics pour les accompagner vers l'insertion : montage de dossiers de demande d'asile, suivi administratif, veille sanitaire, suivi de la scolarité des enfants, insertion socioprofessionnelle."

Ha sur le papier, en son temps présenté, c'est une très bonne idée...il n'y a rien à redire...mais une fois confrontés, de plus près encore que nous étions dans l'opposition, aux réalités de cette ville, nous avons été très vite convaincus que cela n'était pas possible d'accueillir encore plus de personnes en difficultés dans notre ville.

De manière unanime au sein de ma majorité, et en lien avec l’Opac de l’Oise, nous n’avons pas donné suite à ce dossier.

En effet, les indicateurs propres à notre ville sont particulièrement dégradés et inquiétants puisque, selon les derniers chiffres fournis par l’institut national des statistiques et études économiques :

  • Le taux de pauvreté atteint 18,2 % à Pont-Sainte-Maxence, contre 8 % en France ;
  • Le taux de chômage atteint 18 % à Pont-Sainte-Maxence, contre 10,5 % en France ;
  • Le revenu moyen mensuel atteint 1 150€ nets/mois, contre 1 772€ net/ mois en France ;
  • Et que ce sont 820 allocataires du revenu de solidarité active (RSA socle) (et 1 386 pour l’ensemble des bénéficiaires du RSA que compte notre ville).

Je précise que dans son rapport de 2012, la chambre régionale des comptes écrivait : « Pont Sainte-Maxence, la ville centre, est touchée par la précarité. Le revenu mensuel moyen des habitants est ici parmi les plus faibles du département » et je ne crois pas nécessaire de préciser qu’un quartier, « Les terriers », intègre la nouvelle politique de la ville dont l’un des critères d'éligibilité est justement la pauvreté.

Aussi, il nous a semblé que notre ville ne pouvait pas supporter un nouvel effort en accueillant un foyer-relais qui est une structure destinée à celles et ceux qui sont les plus désocialisé(e)s.

En vérité, le foyer aurait apporté une nouvelle population précaire sur Pont-Sainte-Maxence et n'aurait pas bénéficié aux Maxipontain(e)s en précarité et le niveau de la ville ne se serait assurément pas élevé.

C'est vers ceux-là que doit se tourner l'action municipale en priorité grâce au CCAS notamment et quand j'entends que la ville ne fait rien pour sa population en difficulté, je me dis que ceux qui ont été aux affaires hier, ne savaient donc pas bien l'action que leurs services conduisaient...car faut-il rappeler que le CCAS distribue des bons alimentaires pour près de 6 à 7 000€ par an (bientôt remplacés par une épicerie solidaire grâce au travail exceptionnel de Monique MARTIN, mon adjointe aux affaires sociales), prend en charge les impayés de restauration scolaire et une partie des frais d'obsèques (dans des cas bien précis mais non mineurs !).

Et je vous passe aussi l'aide que nous apportons au travers des subventions ou des locaux aux associations sociales (Resto du coeur, etc...)...j'ai en outre demandé que nous regardions de très très très près les bénéficiaires...je m'expliquerai plus tard...

Cette querelle permet aussi d'éclaircir les "jeux" politiques puisque l'on tend souvent à penser qu'au niveau local il n'y a pas de différences selon que l'on soit de droite et de gauche...et bien, si !!!

La preuve !

Moi, je suis maire de Pont-Sainte-Maxence, et avec mon équipe, nous pensons que le maire de Pont-Sainte-Maxence doit d'abord s'occuper de sa population...et pas de celles des 36 500 autres communes de France...L'argent des Maxipontain(e)s doit aller aux Maxipontain(e)s...c'est aussi simple que cela...Les actions de la mairie doivent aller au services des Maxipontain(e)s c'est aussi simple que cela...Et croyez-moi : Y a du boulot dans notre ville...

Je le vois souvent d'ailleurs, en tant que président de l'Opac de l'Oise...ce sont toujours les mêmes villes vers lesquelles on se retourne pour participer plus que les autres à l'effort de solidarité...c'est Noyon, Pont-Sainte-Maxence, Crépy-en-Valois, Creil, Nogent-sur-Oise (je dois bien en oublie rune ou deux)...C'est pour la même raison que j'avais décliné la proposition du préfet de l'Oise d'accueillir des migrants...Je le mets où quand je sais que j'ai 450 demandeurs de logements sociaux dans notre ville ? Je les assiste avec quel argent ? Celui de l’État ? Mais il n'en a plus...la preuve il nous met à contribution de 209 000€ par an pour combler son déficit abyssal...Celui de ma population qui est déjà marquée par la pauvreté ?

Il faut être sérieux...

Je le vois d'autant plus que souvent je reçois en permanence des citoyens des communes alentour auxquels leur maire ont dit "je ne peux rien pour vous, allez voir à Pont-Sainte-Maxence"...notamment en ce qui concerne le logement social (qui est d'ailleurs une problématique fascinante et essentielle)...tout le monde en veut mais pas chez soi...Moi, ce truc là, je l'assume très aisément...Pour les Maxipontain(e)s encore !

Vous connaissez la phrase de Michel ROCARD "la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais elle doit y prendre toute sa part"...

Bah, à Pont-Sainte-Maxence, c'est pareil...la ville prend déjà toute sa part...c'est la deuxième différence entre les Modernes qui sont confrontés aux réalités et les Anciens qui sont dans le déni de la réalité...avec de la bien-pensance à revendre et des "y a qu'à-faut qu'on" comme des moulinets...

Enfin, j'ai exposé notre position en conseil municipal qui est l'instance du débat démocratique local par excellence...que faut-il que je fasse de plus quand je prends une décision sur un sujet que nous maitrisons parfaitement ? Que nous partions tous sur le chemin de Damas ou que je me roule par terre ?

Je suis et maire de Pont-Sainte-Maxence et président de l'Opac de l'Oise...accordez-moi de connaître le dossier...juste un peu...

Allez, encore un peu plus de sérieux...