Pour la rentrée de 2015, l'académie d'Amiens nous demande d'ouvrir une nouvelle classe en raison de la croissance de nos effectifs...bon, ben, tant mieux...c'est bon signe pour la vie de l'école, pour la vie du quartier, pour la vie de la ville...Badaboum, maintenant l'académie d'Amiens nous informe qu'elle va fermer la classe...si quelqu'un comprend quelque chose au raisonnement des prix Nobel de l'Education nationale, je suis preneur de ces éclairages...

C'est juste du "grand n'importe quoi"...

Je vous passe le fric qu'on a investi dans la classe...Visiblement l’État n'a que faire de la bonne gestion des collectivités territoriales, (sinon, il n'aurait pas fait les très fameuses Nouvelles Activités Périscolaires !!!), lui qui accuse un budget en déficit de puis 1974...et qui nous demande de contribuer à sa résorption pour pallier son incurie...Bon, on se dit, que nous saurons toujours valoriser toutes nos dépenses pour les autres élèves...

Ensuite, c'est une lecture comptable bête et bête...à la petite semaine...une unité de plus, une unité de moins...on a déjà eu le coup..."Allez on ferme...ha bah, en fait, si on avait su, on n'aurait pas fermé...il faudra peut-être qu'on rouvre l'an prochain"...Donc, je ne vois vraiment pas à quoi servent les réunions de travail entre les services de la mairie et les services de l'académie si ces derniers ne tiennent pas compte de nos perspectives de naissance...

Enfin, on ferme une classe dans le secteur le plus fragile de Pont-Sainte-Maxence...les Terriers...bon, je sais que certains sont gonflés avec les Terriers, mais la réalité c'est que c'est l'un des 700 quartiers les plus pauvres de France et que si certains ne veulent rien y faire, ils l'assumeront mais sans moi...Il faut donc une concentration de moyens...et là, admirez la finesse de ces grands penseurs de la haute fonction publique qui n'ont aucune connaissance des territoires pour lesquels ils prennent des décisions, certains services de l’État nous disent "on va vous donner tous les moyens" que nous reprennent les autres services de l’État...Là, "chapeau bas, mesdames et messieurs !"...Comment voulez-vous que cela aille mieux en France avec des décisions pareilles qui vont dans tous les sens et qui nous amènent tout simplement dans le mur...ca me rappelle cette phrase du groupe NTM (Oui, j'aime bien NTM...) "j'me dis même que le mec qui redressera l'pays est pas encore né"...Effectivement, je suis d'accord...j'ai donc saisi le directeur départemental des services de l'Education nationale pour qu'il rapporte sa décision...je vous laisse lire :

Monsieur le directeur,

Rentré en politique de la ville depuis 2015, le quartier de « Les Terriers » mobilise l’ensemble des partenaires dans son redressement, au premier rang desquels il y a lieu de compter la municipalité que je représente. L’ouverture d’une mairie de quartier, la mise en place d’une équipe d’agents de médiation puis aujourd’hui la création d’une plateforme de réussite éducative sont de réels dispositifs vertueux pour le bien-être des habitants de ce quartier mais surtout pour les enfants scolarisés issus tout particulièrement de familles monoparentales qui connaissent pour une grande majorité des difficultés sociales et éducatives.

Toutes les études réalisées, parmi les plus récentes, par les services de l’État (commissariat général à l’égalité des territoires, Agence nationale de rénovation urbaine, Cour des comptes, inspection générale de l’Education nationale) démontrent incontestablement qu’il faut, de manière impérative, concentrer les moyens sur ces secteurs les plus fragiles.

L’ouverture d’une sixième classe à l’école maternelle Paul Verlaine à la rentrée de septembre 2015 a offert un apprentissage idéal et de qualité aux 126 enfants de cette école durant toute cette année scolaire. La municipalité a également œuvré pour le bien de ces enfants en rénovant cette sixième classe en achetant du mobilier scolaire et en réaménageant la cantine (carrelage, peinture, etc…).

La fermeture de cette nouvelle classe reviendrait non seulement à considérer ces travaux comme un incroyable gâchis de l’argent public mais aussi comme le renoncement dramatique de l’Etat à offrir aux enfants de ce quartier les meilleures conditions pédagogiques possibles. Je porte à votre connaissance que pour les années à venir, l’effectif de l’école restera stable puisque nous avons eu en 2013, trente deux naissances sur le quartier puis en 2014, trente-cinq.

Il n’y a donc pas lieu de craindre un affaiblissement de la démographie scolaire.

C’est trop souvent une simple lecture comptable qui prévaut sans se soucier des conséquences que cela emporte pour la formation de nos enfants, pour l’organisation des parents, pour la vie des quartiers. Ma ville connaît le lot de fermetures de classe ici une année pour une réouverture l’année suivante là, (et parfois même la même !) sans que personne n’y comprenne rien, nous laissant comme unique choix que de subir. J’en conclus aussi que certains services de l’Etat prétendent nous donner d’une main pour redresser ce quartier quand d’autres nous retirent son soutien de l’autre main.

Aussi, je vous remercie vivement par avance de bien vouloir renoncer à la fermeture de cette sixième classe nouvellement ouverte et de laisser des conditions d’apprentissage idéales aux enfants de l’école Paul Verlaine.

Restant à votre disposition, et dans l’attente de vous lire, je vous prie d’agréer, monsieur le directeur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Arnaud DUMONTIER

Copie :

Madame Nadjat VALLAUD-BELKACEM Ministre de l'Éducation nationale De l'Enseignement supérieur et de la Recherche 110 rue de Grenelle 75007 Paris